Back

Martial Art on Web y était ! Interview de Soje, instructeur de Taichi

posted 02/09/2010, 12h40

Martial Art on Web: Comment avez-vous commencé à pratiquer les arts martiaux?

Soje: Comme tout le monde à l'époque j'ai pratiqué par ordre chronologique: judo, karate avec différentes formules de contact plus un peu de kickboxing. Plus loin déjà trentenaire j'ai entamé l'étude des approches dites internes...

MAOW: Quels sont vos débuts en taichi?

J'ai commencé à pratiquer le taichi à 31 ans au Portugal via un instructeur chinois de Macao (dans le temps le Macao appartenait à l'administration portugaise). Je pratique la forme longue du Taichi style Yang ça va faire donc 20 ans.

Ensuite je suis arrivé en Belgique et continué à pratiquer dans une fédération. Je trouve qu'on trainait en longueur dans un but commercial.

MAOW: Comment a évolué votre pratique?

Soje: J'ai rencontré le francais, Georges Saby, pratiquant et enseignant en Taichi de santé et martial. Quand j'ai commencé à enseigner moi meme, je l'ai invité  à plusieurs reprises. J'ai mis en pratique et testé les applications martiales du style Yang à distance réelle (avec contact). La conclusion est que pour les frappes à la tête, la plupart des parades ne sont pas efficaces, éventuellement les esquives. Donc c'est plus important d'apprendre à bouger pour être mobile afin de réduire la possibilité d'être touché.



MAOW: Que pensez-vous des applications martiales?

Soje : Lors de la pratique avec partenaire, j'étais trop tendu, c'est grâce au tai-chi que j'ai pu corriger ce défaut.

A chaque figure correspond une clé, une frappe et une déstabilisation (perturber la stabilité de l'adversaire).Cela dit, la connaissance des applications ne mène pas à l'efficacité au combat libre (réaliste). Néanmoins, ce n'est pas inutile. Cela permet , entre autres, de peaufiner les réflexes.

MAOW : Pouvez-vous nous parler de votre pratique de Yiquan ?

Soje : J'ai commencé à pratiquer avec un élève de la branche finlandaise du Yiquan. C'était à Paris. Dans cette méthode là, il n'y a pas de techniques à proprement parler. On se concentre plutôt sur l'infrastructure du combat c'est à dire la relaxation, la maîtrise des différents degrés de tension, l'alternance tension-relaxation, réaction rapide, force explosive, le travail du cri... l'entraînement neuromusculaire est très importante dans cette méthode.

MAOW : Que pensez-vous de la tradition et de l'évolution dans les arts martiaux ?

Soje : Il y a des mauvaises traditions et de bonnes traditions.
Le respect aveugle des choses formelles (par exemple au niveau des katas), de l'hiérarchie,... surtout dans les arts martiaux institutionnalisés, voilà un exemple de tradition mal appliquée.
La fluidité recherchée dans la pratique, il faudrait l'introduire au niveau relationnel inter-écoles.
Et pourquoi ne pas intégrer l'apport scientifique occidental  à la sagesse asiatique d'antan?
L'évolution passerait par la fusion entre tradition et sciences et la mise en valeur de l'expérience individuelle, quand celle ci est sérieuse et réaliste. Il ne faut pas rester figé c'est à dire continuer à pratiquer comme un robot la façon de faire des autres ( et peu importe le titre de ces autres).

Martial Art on Web vous remercie pour cette interview.
Your browser is not supported. The design and some functions of this site may not function properly. We apologize for the inconvenience. Please try Firefox for best performance. Get Firefox